Un bel exemple de circuit court ! Épicerie Paysanne Ambulante et Solidaire

Dès les premiers jours du confinement, le groupement d'achat La Musette  (créé en 2010 avec le soutien de N&P), s'est engagé au côté de la Confédération Paysanne pour créer une  Épicerie Paysanne Ambulante et Solidaire (E.P.A.S). Mise en place dans l'urgence, la Musette à mis à profit son expérience et ses outils.

Il fallait réagir vite et répondre d'une part, aux producteurs privés de leurs points de ventes (marchés de plein vent, restaurants...) et d'autre part, aux consommateurs  ne souhaitant pas prendre le risque de se déplacer et d'aller dans les grandes surfaces. Cela a aussi permis de se rapprocher de la population rurale, bien souvent oubliée et négligée,  pour livrer des aliments sains et locaux en cette période de confinement.

Rapidement les Jardins de la Haute Vallée (J.H.V), puis la Maison Paysanne ont collaboré à cette initiative. Aujourd'hui, l'outil en ligne cagette.net , est bien plus adapté pour faire face à une telle envolée. N&P11 est aussi partenaire actif de ce dispositif.

Vous pouvez vous y inscrire si vous habitez en Haute Vallée et que vous souhaitez commander.

Pour voir si votre village est déjà répertorié regardez  la carte , si non vous pouvez devenir référent de votre village.

Si vous êtes producteurs faites votre demande d'inscription à  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Aujourd'hui, tout les acteurs de cette initiative réfléchissent à l’après confinement, et comment faire pour pérenniser cette épicerie paysanne ambulante et solidaire, souhait unanime de la part des producteurs et des consommateurs.

Par ailleurs, pour connaître les modes de commercialisations de tout les producteurs sous mention Nature et Progrès dans Aude consultez  l'annuaire

 

Et si j'intégrais un groupement d'achats ?

Les AMAP sont un exemple de circuits courts, qui lient par contrat un producteur avec plusieurs familles de consommateurs auquel il dédie tout ou partie de sa production en leur garantissant une diversité satisfaisante. Le groupement d'achat est un autre exemple, et peut tout à fait compléter une AMAP ; là les consommateurs s'organisent et se regroupent pour organiser et faciliter leur approvisionnement en toute sorte de denrées issues des producteurs locaux ou de systèmes de distribution éthiques.

Le groupement d’achat ne doit pas avoir pour but de faire baisser les prix par l’augmentation des quantités commandées. Ça peut être un plus, mais le principal est vraiment de travailler sur l’approvisionnement local de produits de qualité, de soutenir voire développer la petite agriculture et donc l’économie rurale locale (qui rime avec écoles, services, administrations, etc.).

Un groupement d’achat peut permettre à un producteur d’avoir des débouchés suffisamment rémunérateurs pour s’engager sur d’autres débouchés, moins rémunérateurs, comme la cantine scolaire du lieu, l'accès à une alimentation de qualité pour les plus défavorisés, etc..

Plusieurs fonctionnements sont envisageables, du groupe de personnes qui communiquent entre elles pour mettre en commun l’ensemble des produits qu’elles ont autour de chez elles (chacun apportant les denrées produites par un voisin producteur) au groupe de personnes qui emploie quelqu’un pour assurer les commandes, le transport et la répartition des commandes, ou d’autres formes encore à découvrir.

Le groupement d'achat c’est aussi un temps de rencontre et d’échange entre ses membres, et la réunion peut être l’occasion de poursuivre sur des ateliers pratiques (cuisiner, faire ses conserves, sa lacto-fermentation, ses savons ou liquides vaisselle, etc.), de transmettre de l’information, etc.